Accueil
Debian

Site autonome en codage et hébergement.

Mon analyse. Notes, humeurs au jour le jour ... ou pas.

Accueil > Cher journal > Notes > Politique > Au temps mauvais, qui m’emporte

Au temps mauvais, qui m’emporte

dimanche 18 janvier 2015, par Papadakis

Des innocents sont morts. Une fois de plus. Cela arrive tous les jours en ce bas monde aux merveilles cachées.
Des gens lus ont été tués à coup de Kalachnikov de part le simple fait qu’ils avaient utilisé leur stylo. En France. Notez la logique de ces deux mots côte à côte : Kalachnikov et France.
Vous avez déjà découvert une partie du problème. (Mais je ne parlerai pas de vente d’armes et autres combats).

Les gens tués ont bercés mon enfance (au moins deux d’entre eux) puis ma vie tout simplement. Je n’en veux pas aux assassins. Ma confession religieuse passée, sûrement. Je sais pardonner et le journal touché l’a titré, aussi. Sale histoire.
Je n’en veux pas à ces français parce que ce qu’ils ont fait n’est strictement que le fait de leur éducation. Dis-je un gros mot ? L’éducation qu’ils ont reçu les a mené là. Avec une Kalach dans les mains. Une éducation française. Il y a peut-être là de quoi se poser des questions.
Le hasard fait que je rencontre des gens plus jeunes que moi. Certains ne savent pas situer Nantes sur une carte de France, d’autres ne connaissent pas les conditions de la création de l’état d’Israël (Hitler, les années 30, disent-ils vaguement).

Voilà donc vaguement mon impression et ce qui en découle.
Ce monde marche vers un obscurantisme entretenu par le capitalisme ambiant afin d’asservir à tout jamais la populace (j’exagère à peine). Rien d’étonnant à ce que deux gugusses issus des banlieues s’en prennent à un symbole de la liberté d’expression, lui-même trop focalisé à éructer sur ceux-là mêmes, enfermés dans leur dogme, qui le menaçaient de mort.
Monde de chiens à la haine auto-alimentée et voué à l’auto-réduction.
Je n’ai pas de leçons à donner si ce n’est que l’éducation est au coeur de tout. Sans elle, pas de caractère politique, sans politique, la haine.

Sans politique, voilà justement ce que nous vivons à l’heure actuelle. Le cap n’est pas flou, il va droit devant dans le mur de l’argent. La seule chose qui compte étant le profit, l’humain est devenu une quantité négligeable. Négligeable jusqu’à Charlie.

Négligeable au point de faire défiler Orban, Netanyahou et bien d’autres défenseurs de la liberté d’expression, jusqu’à l’Egypte, la Russie, la Turquie, l’Algérie et les Emirats arabes unis. Bref, une belle brochette de penseurs humanistes.

La Palestine n’est pas étrangère à ces attentats. Voilà une phrase que l’ont aurait pu entendre dans les médias. Pourtant, rien, pas un mot de la sorte nonobstant la vérité des faits. Il se trouve dans notre pays quelques millions de musulmans. Brimés par le pouvoir en place, ils sont aussi frustrés par la politique étrangère menée par la France vis-à-vis d’Israël ou autrement aux ordres des américains et même, outrance historique, au sein de l’OTAN. Alors qu’ils ont presque honte d’être musulmans puisque les médias le leur répètent : c’est au nom de l’Islam que Charlie a été tué, et nous sommes tous Charlie ; c’est à ce moment paroxystique que le premier ministre, censé représenté la France, déclare, du haut de sa nature morte de sous-fifre de Dassault et consor : nous sommes tous juifs. 4 juifs ont été tués, en effet. Sur 17 personnes. Voilà ce qu’entend la jeunesse musulmane française. Un musulman a été tué aussi, mais lui était aussi un flic, alors, nous sommes tous flics. Et donc tous Charlie. Tous musulmans ? Arrête la déconne, Albert, tu reprends un demi ?

Chrétien, musulman, juif, non merci, pas moi. Charlie, pas moi.
Au jeu de la schizophrénie, je suis Victor Hugo !

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.